Waterloo

d’Alessandro Barbero, aux éditions Essai de chez Flammarion, 450 pages, 9 euros.

18 juin 1815, Waterloo. C’est l’aube, et Napoléon s’apprête à affronter l’armée prussienne de Blücher et celle de Wellington, coalition hétéroclite de différentes nationalités. Une journée qui va décider du sort de l’armée française et, surtout, de celui d’un Empereur haï de l’Europe entière. Pour raconter cette bataille mythique, Barbero a entrepris « d’oublier » le résultat final, montrant comment à tout moment une décision différente, ou tout simplement le hasard, auraient pu en changer l’issue.

Comments are closed.