Quand les Alliés bombardaient la France, 1940-1945

Éditions Perrin, collection Tempus (Poche).

Près de 600 000 tonnes de bombes, soit 22 % du tonnage déversé sur l’Europe occupée et sur l’Allemagne – ont été larguées par les aviations anglaise et américaine sur plus de 1 570 localités françaises entre juin 1940 et mai 1945. 67 078 Français ont été tués. Plus de 90 000 immeubles ou maisons ont été détruits et 45 000 rendues inhabitables. On peut s’étonner qu’Eddy Florentin soit le premier à raconter et à recenser d’une manière aussi exhaustive ces drames qui ont ensanglanté tant de villes et de villages.
Quand les Alliés bombardaient la France s’attache à expliciter la raison des raids, à décrire leur préparation, leur exécution tantôt vue du ciel, tantôt vue du sol, leurs résultats par rapport aux objectifs. L’auteur qui a le sens du récit et le goût de la précision nous fait vivre aussi bien dans le cockpit d’un bombardier que dans les rues et les caves des cités survolées. On est fasciné et terrifié à la fois par le nombre d’appareils perdus sur l’Europe occupée (58 481) et par l’ampleur des erreurs de visée, d’autant plus tragiques qu’elles entraînaient le retour des vagues de bombardiers sur les cibles manquées. Eddy Florentin n’omet pas de se pencher sur les problèmes de conscience qui se posaient au commandement allié, sur les réactions de la population et sur les filières d’accueil et d’exfiltration des pilotes alliés. Au-delà du récit appuyé sur des archives britanniques, américaines et françaises, et sur des témoignages directs, ce livre est un instrument de référence qui n’a aucun précédent dans la Bibliographie de la guerre en France.
Eddy Florentin, ancien déporté résistant, a publié de multiples ouvrages sur la Seconde Guerre mondiale, notamment Opération Paddle et Stalingrad en Normandie.

Comments are closed.